Électricité de base     (câblage du shack à partir d’une alim 12 V continu)

On me permet enfin de m'exprimer à propos de cette technique de base, mise à mal par une légende urbaine qui m'horripile depuis des décennies.

L'ensemble de la population est infectée par une légende urbaine qui veut que si on connecte un 2e Tx sur une alim., on doit inverser fil rouge et fil noir du 2e Tx.

C'est faux ! ----------------

Si l'on doit connecter 36 appareils divers sur une alimentation 12 V continu, il faut dans tous les cas connecter tous les fils rouges au + de l'alim., et tous les fils noirs sur le - de l'alim. Cette règle ne souffre aucune exception. Tous les Tx branchés à l'envers claquent instantanément, de même que la plupart des autres appareils branchés à l'envers.

On doit s'assurer que la somme des courants absorbés par chaque appareil, ne dépasse pas le courant maximum que peut débiter l'alim.

On doit s'assurer de la présence d'un fusible correct sur chaque départ. (chaque fil rouge vers un appareil).

On doit aussi veiller à une section suffisante de tous les fils. Au maximum 6 Ampères par mm².

Ces précautions deviennent priorité 1 si on utilise une batterie. Une batterie de voiture débite usuellement 200 A pour alimenter le démarreur. Elle est donc parfaitement capable de chauffer au rouge un fil de câblage, et de mettre le feu à son environnement.

La dite légende urbaine se base sur la connexion courante du + d'une pile au - de la suivante dans les boîtiers à piles des appareils portatifs.

Ce type de connexion est schématisé dans le fond du boîtier. Sa raison d'être est la fabrication de 3 V, 6 V, 9 V, 12 V à l'aide de plusieurs piles de 1,5 V connectées en série.

Le problème ne se limite bien sûr pas au shack, mais entre en jeu dans le câblage d'une voiture, d'une remorque, d'un labo d'électronique, ou dans l'utilisation des câbles à pinces à démarrer les voitures.

Ce dernier cas est crucial. La légende veut qu'on connecte le - d'une batterie au + de l'autre batterie, et idem pour l'autre câble !!!

CETTE SITUATION EST UN COURT CIRCUIT EN 24 V À L'AIDE DE TRÈS GROS FIL. IL Y AURA EXPLOSION D'UNE DES BATTERIES AVEC PROJECTION D'ACIDE SULFURIQUE (VITRIOL) Á PLUS DE 3 MÈTRES. ON A TOUTES LES CHANCES D'Y LAISSER SES YEUX.OR CES CÂBLES SONT EN VENTE LIBRE DANS LES SUPERMARCHÉS.

Je me suis adressé à l'administration communale pour faire saisir ces câbles à ma femme, après démonstration qu'elle ne savait pas s'en servir. (Elle m'avait déjà chargé une batterie à l'envers à partir d'un chargeur). (Ma fille m'a claqué un micro en y installant la pile à l'envers).

Les rentes perçues par non destruction d'appareils, y compris les voitures, et non défiguration des membres sont à verser à la croix rouge de Belgique à raison de 1 %. LOL

Il reste le problème du calcul des fusibles.

À la dernière page du prospectus d'un appareil, on trouvera les spécifications techniques dont le courant absorbé en émission (pour un Tx). Le fusible doit être prévu pour le double de ce courant au maximum.

Chaque appareil électrique au dessus de 24 V, doit obligatoirement posséder une plaque signalétique signalant sa puissance (en Watts), et sa tension d'alimentation.

Sur cette base, on peut calculer le courant absorbé, par la formule très importante :P = U x I             de là on tire         I = P / U           (en divisant par U des 2 côtés)P = la puissance en Watts (W) U = la tension en Volts (V) I = le courant en Ampères (A)Si je possède un fer à repasser 220 V 1000 W, il prendra un courant :

I = P / U             ->            I = 1000 / 220               ->                 I = 4,55 A.Si je possède un Tx 100 W (du côté émission bien sûr) sachant qu'il a probablement un rendement de 50 %, il consommera 200 W.I = P / U         ->         I = 200 / 12           ->               I = 16,7 A.À cause de tous ses gadgets internes, il consommera plus que ça.   Le mien consomme 23 A, et possède d'origine un fusible de 30 A.

On constatera donc que plus la tension d’alimentation (U) est faible, plus le courant est important. (à puissance égale). Ces courants importants augmentent considérablement le risque d’incendie. Je reviens donc à la charge concernant le calcul correct des sections de fil, et des fusibles.

La présente constitue la stricte base à connaître pour se servir de l'électricité sans trop de risque, donc en radio.

C'est une des raisons d'être du club que de l’apprendre à ses membres.Je suis titulaire du diplôme de technicien A2 en électricité courants forts, et la présente tient donc lieu d'attestation. Je vous remercie de votre patience et de votre curiosité.Je suis heureux d'avoir pu vous rendre ce service

   
 

J'apprend de source   généralement bien informée, qu'une mode veut qu'on alimente son Tx (bac) par   une batterie de voiture (jusque là, pas de problème).  Mais que cette   batterie est chargée par un chargeur de batteries standard.         Je proposerais que le chargeur soit de très petite   puissance, type alimentation secteur pour petits appareils (en 12 V), de   manière à pouvoir le laisser branché en permanence.       Car en cas de chargeur puissant (6 A), on entendra le   ripple du chargeur dans le haut parleur, et dans l'émission. (Un chargeur   n'est pas une alimentation stabilisée).         Mais où ça se corse, c'est qu'il est d'usage de débrancher   la batterie !!! (Pourquoi ? mais on n'en rate pas une !).      Car le chargeur pour charger une batterie 12 V, donne dans les 18 à 20 V   crête pour y pousser du courant.   Et bien sûr, si on débranche la   batterie, on flanque en direct du 18 à 20 V dans le Tx  !!!  (Et un   Tx, un).          Quand je vous disais qu'on n'en rate pas une.          J'en pleure !

Bien que cette formule P = U x I soit selon moi le strict minimum à garder en tête, et qu’a elle seule elle permet de calculer sections et fusibles, 2 ou 3 autres sont très parlantes, et montrent clairement les lois de l’électricité.

   U = R x I

Avec toujours U = tension d’alimentation en Volt (V)

            Et         I = le courant. (A)   Quel courant ?     Ben oui, on n’en sait encore rien !

            Et        R = la résistance.   Cette notion reste à définir.

On doit savoir que le courant circule en circuit fermé.   On dispose par exemple d’une batterie 12 V.   Si on y connecte une ampoule de phare de voiture, il va passer un certain courant dans l’ampoule.   Le courant part du + de la batterie, coule dans le fil rouge, passe à travers l’ampoule, revient au – de la batterie par le fil noir, puis vers le + à travers la batterie.

Il s’agit donc bien d’un circuit fermé.

Qu’est-ce qui détermine la valeur de ce courant ?     C’est bien sûr l’ampoule.     Si on avait utilisé une ampoule de feu de position (4 W) il y aurait circulé un courant beaucoup plus faible.

Cette faculté de l’ampoule à définir le courant s’appelle la résistance de l’ampoule. L’ampoule oppose une résistance au passage du courant (comme un robinet défini le débit d’eau en s’opposant à son passage).

L’unité de résistance est l’Ohm (oméga majuscule).     Donc, si on branche une résistance de 1 ohm sur une tension de 1 V, il y circulera un courant de 1 A.

Et le cas de notre ampoule de 4 W ?

On va toujours calculer le courant qui y passe.     I = P / U   ->   I = 4 / 12 ->   I = 1 / 3 d’A.

Puis la résistance de l’ampoule : U = R x I   ->   R = U / I   (en divisant par I des 2 côtés)

   ->   R = 12 / (1/3)  ->   R = 12 x 3   ->   R = 36 ohms.

   Mais nous avons du utiliser 2 formules pour ce calcul simple. Si on essayait de les combiner.   P = U x I et I = U / R

on peut remplacer I par sa valeur U / R donc : P = U x (U/R)   -> P = U2 / R

(en multipliant par R et divisant par P des 2 côtés, on a : R = U2 / P

   Pour notre ampoule de phare (60 W) on aura :

è  R = 144 / 60 = 2,4 ohms.

   Cette nouvelle formule est riche d’enseignements, on y voit que la puissance P est proportionnelle au carré de la tension. (Si on double la tension, la puissance quadruple !)

Si on possède encore un vieux moulin à café 110 V, et qu’on le branche sur 220 V, il va absorber 4 x plus de puissance, (pas de chance, c’était le dernier) d’où promotion du café moulu !

On y voit aussi, que la puissance est inversément proportionnelle à la résistance. (plus la résistance devient petite, plus la puissance devient grande)

Que se passerait-il si la résistance devenait zéro ohms ?

La formule U = R x I   ->   I = U / R   ->   I = 12 / 0     I = infini !!!!!!!   ce sera le cas si les 2 fils (le rouge et le noir) venaient en court-circuit.   Et la batterie explose !!!!!!!

Nous avons donc travaillé très dangereusement jusqu’ici. Nous devons trouver une solution pour éviter les explosions de batterie, les projections d’acide, les incendies de voiture etc..

   Usuellement, au plus près de la borne + de la batterie, on intercale un fusible dans le fil rouge.   Le fusible est un dispositif qui coupe le courant dès qu’il dépasse la valeur indiquée sur le fusible.   On trouve donc des fusibles de toutes les sortes.

   On va encore inventer une formule : P = U x I   et U = R x I

     Donneront si on remplace U par sa valeur R x I :   P = (R x I) x I   ->     P = R x I2.

     On y voit que la puissance est proportionnelle au carré du courant !   Donc, bien calculer les fusibles !!!

     Un (beau) jour, mon voisin Gérard vient me trouver. « Dis Claude, tu ne veux pas venir voir, je ne peux plus démarrer ma voiture ».     Et Claude, bonne poire !!!!

     Je trouve à l’ohmmètre une bougie de préchauffage (diesel) en court circuit. Je la débranche, mais il n’y a toujours pas de préchauffage !

     Dans le manuel, on découvre le fusible du préchauffage, il est claqué (après avoir détecté la bougie en court-circuit).     Je prends le risque de le remplacer par une tresse de cuivre de 0,5 mm2 environ.         Le moteur démarre sur 3 pattes, puis tourne correctement.

CQFD, je démonte tout au grand dam de Gérard, qui prend l’initiative de la suite des événements !!!

     Peu de temps après, j’apprends que tout est réglé, mais que le fusible (Mercedes) coûte cher, et qu’un bout de fil de 2,5 carré fait très bien l’affaire. Mes mises en garde sont sans effet, je signale donc le fait par pli recommandé à Gérard, et au procureur de Dinant, et mon abandon de responsabilité à Gérard.

     2 ans plus tard, incendie de la Mercedes !!!

     Cette situation n’a rien d’exceptionnel.   Avis aux amateurs !

     73, merci de votre patience.

     Le Glaude ON5BIP.

Timber by EMSIEN-3 LTD